Que le charme agisse !



Cela faisait longtemps que je voulais le lire et c'est chose faite !! Je suis un grand amoureux du mythe arthurien et je ne pouvais donc pas plus longtemps ne pas lire L'Enchanteur de René Barjavel. 

Vous pouvez lire pour commencer la très bonne reprise du mythe de Merlin faite par Anne-Marie Cadot-Colin dans son roman éponyme sur lequel j'ai écrit un article précédemment et que vous pouvez lire ICI.


L'auteur

L'AUTEUR :

Pour ceux qui ne connaissent pas cet auteur, voici rapidement ce qu'il faut savoir de lui :

"Il est né le 24 janvier 1911 et fait ses études au collège de Nyons puis à celui de Cusset dans l'Allier. Après le bac, il fait de nombreux métiers pour gagner sa vie : pion, employé de banque, conférencier… Il débute à dix-huit ans dans le journalisme au Progrès de l'Allier, à Moulins. En 1934, il publie son premier roman, Colette à la recherche de l'amour et devient, en 1935, secrétaire de rédaction de la revue Le Document, puis chef de la fabrication des éditions Denoël. Il collabore à divers journaux, en particulier au Merle Blanc, comme critique cinématographique. Il fait la guerre dans un régiment de zouaves, affecté aux cuisines. Démobilisé en 1940, il fonde à Montpellier L'Écho des Étudiants. Rentré à Paris, il y publie une série de romans d'anticipation qui font de lui le précurseur de la vogue de la science-fiction.

Il écrit un « Essai sur les formes futures du cinéma », Cinéma Total, dont un grand nombre de prédictions se sont depuis réalisées. Puis vient un grand roman d'amour, Tarendol. En 1947, il fait son premier dialogue de cinéma dans Paysans noirs. Il écrit ensuite les dialogues du Petit Monde de Don Camillo. Il réalise également lui-même plusieurs courts métrages.

Il écrit deux pièces de théâtre de science-fiction : Le Voyageur Imprudent et Mme Jonas dans la baleine. Après un long intermède au cinéma pendant lequel il n'a presque rien publié, René Barjavel a commencé avec La Nuit des temps et Le Grand Secret, une seconde carrière de romancier et une nouvelle activité de journaliste avec une chronique hebdomadaire dans Le Journal du Dimanche. Il a également écrit des chansons. Il se livrait, quand il en avait le temps, a une passion, la photographie en couleurs, illustrée par un album (Les Fleurs, la vie). Il est décédé en 1985."

(source : wikipedia)


LE ROMAN :

L'Enchanteur ne peut que nous enchanter... C'est le dernier roman de Barjavel.

Quatrième de couverture
Il est traduit et écrit en 1984. Barjavel réécrit la légende des chevaliers de la Table ronde rassemblés autour du roi Arthur et celle de Merlin l'Enchanteur en modernisant le tout !

Le personnage central est Merlin, d'où le titre ! Les autres personnages légendaires qu'on connaît évolent autour de cette figure de mage comme Arthur et son épouse Guenièvre, Lancelot du Lac, Galaad, Viviane, Morgane, Perceval et Bénie... L'histoire est toujours la même : la recherche du Graal afin de ramener la paix et le bonheur dans le cœur des hommes. Les chevaliers de la Table Ronde seront guidés par Merlin. 

Rappelons s'il est besoin que Merlin est le fils du Diable mais qu'il a décidé de consacrer sa magie au Bien. 

Le thème de l'Amour est central dans ce roman et les valeurs chevaleresques y sont toutes liées.

En ce qui concerne Merlin, on le découvre homme, ses pouvoirs et sa jeunesse éternelle ne l'empêchent pas de souffrir, de douter mais aussi d'aimer : Viviane, la seule qui voit derrière l'Enchanteur l'être humain, la seule qu'il aimera et qui l'aimera pour ce qu'il est.

Barjavel fait apparaître dans ce roman les trois modèles de chevalier existant aux Moyen Âge : le chevalier guerrier, le chevalier courtois et le chevalier en quête spirituelle.

De nombreux anachronismes volontaires sont distillés au fil des aventures : les boîtes de conserves, la cheminée électrique, etc. Barjavel joue sans complexe avec la légende sans pour autant s'en éloigner, ce qui en fait un roman léger, drôle. 


Vraiment, j'ai adoré sa lecture ! je ne peux que vous conseiller ce roman qui ne vous ennuiera pas un seul instant !

Nico.

6 commentaires:

  1. C'est un de mes livres préférés... J'adore le mythe arthurien, et d'ailleurs, en ce moment, je lis le t1 des Dames du lac de Marion Zimmer Bradley (mais j'aime moyen, j'y trouve trop gnangnan)
    J'ai lu Chretien de Troyes aussi, mais ça m'a gonflée (critique ici : http://arsinoelacrapaude.wordpress.com/2012/09/05/romans-de-la-table-ronde-de-chretien-de-troyes/
    Ma saga préférée, c'est celle de Jean Markale. Mais c'est quand même long... Bref, j'ai du mal à trouver une vraie bonne interprétation du mythe ! Au cinoche, Excalibur, bien sûr, mais aussi "Arthur" qui est peut-être la meilleure interprétation à mes yeux. Pas autant que Kaamelott, mais tout de même ;)
    PS : je crois que ma nièce a étudié le Merlin dont tu parles dans l'autre article au collège...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il va devenir l'un des miens aussi. Bon,Chrétien de Troyes, ce n'est pas évident, mais faut prendre une bonne traduction, des fois, ça change tout. Mon préféré en langue médiévale reste Boron quand même, le livre source.

      Supprimer
    2. J'ai le Foucher de chez Folio. Mais il parait que Perceval est mieux, dixit mon héri, à voir donc !

      Supprimer
    3. En même temps, moi, je les ai lus en ancien français, donc c'est clair qu'en traduction moderne, ce doit être difficile des fois !

      Supprimer
  2. C'est mon livre préféré de tout les temps! Je suis contente de savoir qu'il plaît à d'autres que moi (mon zhom n'a pas aimé)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai littéralement dévoré. Il est très bien écrit, très bien pensé aussi et la dose d'humour apporte une fraîcheur tout appréciable, vraiment !

      Supprimer